Les allergènes de l'extérieur : les pollens

19/04/2022   1310  

Les allergènes de l'extérieur : les pollens

Les allergènes de l'extérieur : les pollens

Les allergies sont provoquées par les allergènes présents dans notre environnement. Que ce soit à l'interieur des maison, à l'extérieur ou sur les lieux de travail, de multiples substances peuvent déclencher les syptômes de l'allergie.

Comment se manifeste une allergie aux pollens?

Les pollens sont responsables de manifestations allergiques respiratoires, appelées pollinose. Au niveau oculaire et nasal, on utilise le terme de rhume des foins ou de rhinite allergique saisonnière. Au niveau des bronches, on parle d'asthme pollinique.

Comment différencier une rhinite allergique saisonnière d'une rhinite infectieuse (rhume)?
  • Son caractère variable pendant l'année : elle survient chaque année à la même période
  • Son caractère variable dans la journée. Les symptômes disparaissent pendant la nuit
  • L'importance des éternuements en salve et des démangeaisons nasales
  • L'existence d'une conjonctivite associée : rhinoconjonctivite allergique, et la moindre fréquence des bronchites infectieuses

La rhinite allergique saisonnière se traduit par des symptômes nasaux que l'on cote suivant leur intensité de 0 à 3 : 0 (Absents), 1 (Légers), 2 (Modérés), 3 (Sévères). Ils se traduisent surtout par une sensation de démangeaison (prurit) du nez ou de la gorge, des crises d'éternuements en salve, un nez bouché (Obstruction nasale) ou qui coule (Rhinorrhée). S'y associe souvent une conjonctivite (Rhinoconjonctivite) qui se traduit par des démangeaisons oculaires, un larmoiement, une rougeur oculaire.

L'asthme pollinique survient souvent au moment du pic saisonnier pollinique. De gravité variable, il peut être intermittent ou permanent et sévère, et peut même conduire à une hospitalisation en urgence, voire en réanimation. Il peut se traduire par une sensation d'oppression thoracique, un essoufflement, une toux sèche et une respiration sifflante. L'asthme pollinique est associé à la rhino conjonctivite allergique une fois sur quatre, mais il peut parfois être isolé.

Dans ce dernier cas, la survenue des symptômes d'asthme chaque année à la même période doit faire évoquer un asthme pollinique. Votre qualité de vie si vous êtes atteint de rhinoconjonctivite allergique est d'autant plus altérée que la rhinite est sévère. Les enfants ont des difficultés scolaires d'apprentissage, du fait de la fatigue et des nuits perturbées. Ils deviennent irritables et éprouvent plus de difficultés à prendre part aux événements sociaux ou familiaux, ce qui peut entrainer frustration , tristesse, coléreou retrait.

Les adultes connaissent les mêmes problèmes, ce qui est à l'origine d'absentéisme professionel, de "présentéisme" et d'absentéisme parental pour la pris en charge d'un enfant malade. Ces phénomènes induisent des coûts indirects souvent peu pris en compte, mais qui, du fait de la prévalence élevée de la rhinite allergique, représentent en fait des sommes considérables, au moins la moitié des coûts directs induits par la dépense des soins.

Une prédisposition familiale

En général, la pollinose survient chez des personnes prédisposées par un terrain génétique familial, que l'on appelle le terrain atopique. Celui ci se traduit d'abord par une sensibilisation aux allergènes, qui peut être détectée par les tests cutanés et/ou les immunoglobines E (IgE) spécifiques. Quelques années plus tard, cette sensibilisation s'exprime par la triade suivante : rhinite allergique, asthme atopique (ou allergique), eczéma atopique là distinguer par exemple de l'eczéma de contact). D'autres membres de la famille, parents, oncles, tantes, cousins, etc., sont touchés. Les symptômes surviennent souvent chez l'enfant ou l'adulte jeune. On retrouve aussi souvent une allergie à des allergènes non polliniques présents toute l'année dans l'environnement tels qu'acariens, chat, chien ; les personnes sont pluri-sensibilisées.

Les IgE spécifiques contre le pollen ainsi que les IgE totales sont élevées. Les pollinoses surviennent parfois chez des personnes sans terrain atopique familial ou personnel. Ni elles ni personne dans leur famille n'ont jamais présenté d'eczéma atopique. La rhinite allergique survient tard dans la vie, les autres tests cutanés aux aéro allergènes sont négatifs (Mono-sensibilisation), les IgE spécifiques contre le pollen sont peu élevées, les IgE totales sont souvent normales.

Ceci se voit souvent chez des personnes arrivées récemment, à la retraite par exemple, dans des régions avec des pollens très agressifs et abondants,comme le cyprès dans le sud de la France, l'olivier dans la région notamment de la Kabylie et sur le pourtour méditerranéen. Ces pollens peuvent toucher toute la population fraîchement arrivée.

Quelle est la fréquence de la rhinoconjonctivite allergique ( RCA) ?

La pollution atmosphérique peut agir à trois niveaux:

  • Sur la personne exposée. La polution chimique due aux particules, de diesel notamment, et à l'ozone augmente l'irritation des voies respiratoires, surtout dans les circonstances expérimentales. La plupart des polluants abaissent le seuil de réactivité des muqueuses nasales, oculaires ou bronchiques
  • Sur le pollen. Elle augmente la production du pollen en modifiant sa fonction reproductive. Elle en fragilise l'enveloppe, ce qui libère plus facilement les particules allergisantes contenues à l'intérieur du pollen.
  • Sur la réaction allergique. Elle augmente la réaction allergique via la production de radicaux libres pro-inflammatoires par les pollens pollués. Elle peut aussi induire la réaction allergique. Une exposition simultanée à l'ambroisie et aux particules diesel induit l'apparition d'anticorps IgE anti-ambroisie, ce qui ne se produit pas en présence de l'ambroisie seule ou de particules de diesel seules

La fréquence de la RCA reste mal connue, car elle dépend notamment de la population étudiée, le plus souvent par des questionnaires. Les enquêtes peuvent concerner tout le monde, par exemple des écoles où la quasitotalité des enfants participent à l'enquête ou uniquement des personnes malades vues en consultation d'allergologie par exemple, mais ou ne seprésentent que celles atteintes de RCA sévère.

Par ailleurs, on ne dispose pas toujours dans ces études des tests cutanés ou des IgE spécifiques, pour être certain du diangnostic. De ces études, il ressort que la fréquence de la RCA varie avec l'âge. On peut estimer qu'elle est de l'ordre de 3 à 4 % à l'école primaire, de 6% environ dans le secondaire (collège) qu'elle atteint un plateau d'environ 15% chez l'adulte jeune, pour décroitre ensuite progressivement en dessous de 10% après 65 ans.

Comment identifier les allergènes ?

L'allergologue recherchera d'abord si vous ou votre famille présentez un terrain prédisposé aux allergies. Il vous examine pour classer votre rhinite de modérée à sévère suivant vos symptômes, recherche les éventuels symptômes oculaires, et l'existence d'une éventuelle atteinte bronchique associée. Il vous posera également des questions sur le retentissement sur la qualité de vie. Enfin, au moindre doute, il pratique une mesure de la fonction respiratoire à la recherche d'une obstruction bronchique. Une obstruction bronchique réversible, qu'un bronchodilatateur fait disparaître, est très évocatrice d'un asthme.

L'allergologue cherche à quelle période de l'année surviennent les symptômes. En fonction de vos réponses, il pourra déjà déterminer si vous êtes allergique aux arbres (Hiver, début de printemps), aux graminées (Fin du printemps, début d'été), ou aux herbacées (Fin d'été, début d'automne). Au printemps, où de nombreux arbres pollinisent en même temps, il pourra aussi consulter le calendrier pollinique local, qui pourra lui permettre de savoir exactement quels étaient les pollens présents pendant les mois où vos symptômes sont apparus.

C'est quoi les tests cutanés ?

Le diagnostic se fait par des prick tests aux pollens suspectés. Le médecin associe systématiquement à ces tests cutanés aux pollens des tests aux allergènes présents toute l'année, comme les acariens, le chat, le chien, la blatte, de façon à savoir si cette pollinose est isolée (Mono-sensibilisation) ou s'intègre dans un terrain allergique généralisé (Pluri-sensibilisation). Environ un quart d'heure après leur introduction, si vous êtes sensibilisé, vous présenterez une réaction urticarienne (Comme une piqûre d'ortie) avec une triade caractéristique. Démangeaisons (Prurit), rougeur (Érythème) et gonflement de la peau (Edème), dont la taille, est comprise le plus souvent entre 3 et 10 mm.

Le dosage des IgE

L'allergologue peut compléter les tests cutanés par une prise de sang pour mettre en évidence les anticorps contre ces pollens de type réaction allergique immédiate (IgE spécifiques du pollen recherché), dont le taux est d'autant plus élevé que la réaction clinique aux pollens est importante. Il peut arriver que les tests cutanés ou les IgE spécifiques soient négatifs, malgré l'existence d'une rhinite allergique avérée.

Il faut savoir répéter ces tests, jusqu'à 2 ans après le début des symptômes. Enfin, ces tests peuvent être vraiment négatifs dans les cas où vous êtes allergique à une substance non présente dans les extraits utilisés pour les tests cutanés et/ou les IgE spécifiques. Enfin, on peut parfois s'aider d'un test de provocation nasale ou oculaire dans le cas d'une allergie purement locale pour affirmer le diagnostic.

Que faire en cas de pollinose ?

La quantité de pollen dans l'air augmente les jours chauds et ensoleillés, les jours de vent et diminue les jours de pluie. Pour combattre votre allergie, vous pouvez limiter le plus possible leur contact.

Comment limiter l'exposition aux pollens?
  • Évitez les promenades en forêts et dans les parcs pendant les périodes de pollinisation correspondant à votre allergie.
  • Fermez les fenêtres en milieu de matinée et en début d'après midi quand les pollens sont le plus présents.
  • Roulez en voiture les vitres fermées.
  • Ne tondez pas de pelouse si vous êtes allergique aux pollens de graminées, ne taillez pas de cyprès si vous êtes allergique à leur pollens.
  • Lavez-vous les cheveux à la fin de journée avant de vous coucher.
  • Portez des lunettes de soleil à l'extérieur.

Les antihistaminiques et les corticoïdes locaux peuvent soulager vos symptômes. Leur action cependant est limitée et les symptômes reviennent dès que vous arrêtez le traitement alors que les pollens sont encore présents dans l'air. Le médecin peut vous proposer une désensibilisation si vos symptômes deviennent trop gênants.


Envoyer à un ami
sms viber whatsapp facebook

Découvrez notre application
pour une meilleure expérience !
Google Play
App Store
Huawei AppGallery