POSER MA QUESTION

Magazine Médical

Le Tabac chauffé réduit le risque de cancer

15/09/2020   Communiqués de presse   1636   med.tn



Lors d'une conférence internationale sur la réduction des risques qui a eu lieu au Palais National de la culture à Sofia (Bulgarie) et qui a été suivie au niveau international via Internet, oncologues et cardiologues affirment que « les nouvelles alternatives génèrent des avantages par rapport à la cigarette conventionnelle »

Les oncologues et les cardiologues conviennent que l'utilisation d'alternatives industrielles aux cigarettes conventionnelles - telles que le tabac chauffé et les cigarettes électroniques - réduit le risque de cancer et d'autres maladies, en réduisant l'exposition de 90 à 95% aux produits chimiques toxiques produits lorsque le tabac brûle.

Cette diminution de l'exposition produits chimiques, génère des bénéfices par rapport au tabagisme dans tous les indicateurs mesurés, tels que les infections respiratoires, le métabolisme, les infections de la gorge, l'asthme, etc., comme l'expliquait Dr Rada Prokopova lors de la conférence, citant des rapports réalisés par la FDA (Food and Drug Administration) des États-Unis.

 

La réduction des risques et domaine d’application

La notion de la réduction des risques est applicable dans tous les domaines, « la même chose se produit avec le régime, plus il y a de viande, plus le risque de cancer augmente et plus vous mangez de poisson, cela diminue », a-t-il expliqué.

Dr Khayat a déclaré qu'il ne comprenait pas comment certaines personnes refusent d'utiliser les politiques de réduction des risques du tabac, alors qu'elles sont historiquement utilisées dans plusieurs autres domaines, tels que la circulation, la nourriture, l'exposition au soleil ou les relations sexuelles.

"En fin de compte, l'important est de réduire le nombre de décès"


Pour l'oncologue et Président d'honneur de l'Institut National du Cancer à Paris (France), la mise en place de formules de réduction des risques comme le tabac chauffé « n'éliminera pas la consommation de tabac mais réduira les décès, et c’est ce que les oncologues pensent être la chose la plus importante ».

L’oncologue du centre de cancérologie du Costa Rica, Efraín Cambronero Moraga, a déclaré que « sans aucun doute la prévention est le meilleur moyen » de réduire les risques liés au tabagisme, mais il a souligné que nous devons « descendre dans le monde réel », où les médecins voient constamment qu'il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas ou peuvent arrêter de fumer.

Pour cette raison, il a fait remarquer que la nicotine (que les nouveaux appareils continuent de fournir) « n'est pas cancérigène, mais hautement addictive ». Ainsi, a-t-il soutenu, les nouvelles alternatives ont le « potentiel d’aider ».

Les nouveaux produits bénéfiques aussi aux fumeurs passifs

Cette diminution de l'exposition aux substances nocives profiterait non seulement aux fumeurs mais aussi aux personnes passives, qui inhalent la fumée produite par les cigarettes conventionnelles, a souligné le cardiologue Dr Rada Prokopova.

L'oncologue David Khayat, a blâmé la fumée générée par la combustion du tabac pour la plupart des particules dangereuses ou potentiellement dangereuses. "Le chauffage arrête de générer de nombreuses particules cancérigènes et il est démontré sans aucun doute que la plus grande exposition aux cancérogènes provoque plus de cas de cancer", a-t-il déclaré.

 

Les nouveaux produits doivent être « réglementés et supervisés »

Cambronero a fait remarquer que les produits de réduction des risques doivent être « réglementés et supervisés » pour éviter des cas comme celui des États-Unis où « l'absence de réglementation » a entraîné la consommation chez les adolescents d'âge scolaire.

L'oncologue a fait remarquer que le principal objectif des médecins « est de réduire la mortalité » et a soutenu que ces produits sont « moins nocifs ». En ce sens, il a estimé que « tous les pays devraient mettre en œuvre des politiques de réduction des risques dans leurs lois ».

"Les nouvelles alternatives doivent être réglementées et supervisées, dans les différents domaines tels que la publicité, les ingrédients ou les matériaux. Elles peuvent aussi, aider à sauver des vies, réduire la morbidité et la mortalité, en veillant toujours à ce que d'autres consommations ne soient pas encouragées", at-il soutenu.

Le professeur Georgi Momekov, président de la Société Scientifique Bulgare des Pharmacies, a souligné que les risques pour la santé liée au tabagisme augmentent « quand la température augmente et que, par conséquent, la solution est de chauffer le tabac et non pas le faire brûler »

 

Ne pas fumer !

Pour conclure on peut dire qu’il n'y a pas de baguette magique pour inciter les gens à arrêter de fumer, et que toutes les formes de tabac sont dangereuses et il n'y a pas de niveau d'exposition sûr.

Nous devrions utiliser donc, tout ce qui est à notre disposition, afin d’empêcher les gens de commencer à fumer et aider les fumeurs à arrêter.


Envoyer à un ami
sms viber whatsapp facebook

À lire aussi...